Egalité des chances

CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE BONNE ORIENTATION

Contexte

Le projet « co-building a good guidance » porte sur les thèmes de l’orientation, de l’égalité filles-garçons et de la coopération internationale. Il a été mis en place suite à la conjonction de trois facteurs : la volonté institutionnelle que les deux animateurs nationaux des réseaux insertion et égalité s’impliquent dans des projets européens, le souhait du groupe de travail « genre et coopération internationale » du réseau « insertion- égalité » de mettre en œuvre un projet alliant les deux thématiques et de l’animatrice nationale du réseau « égalité » de développer et de démultiplier de nouvelles pratiques auprès des membres du réseau égalité.

Problématique

La problématique partagée avec les différents partenaires est le manque de motivation des élèves dans le choix de leur futur métier lorsqu’ils sont orientés en voie professionnelle. Il semble que les conseillers d’orientation des collèges aient des difficultés à échanger sur ces sujets avec les élèves du fait du manque d’outils spécifiques et efficaces pour les accompagner et du peu de temps prévu dans l’emploi du temps à cet effet. Un certain nombre de difficultés ont été identifiées par les partenaires : une participation et une motivation des élèves très variable, un manque d’information des jeunes concernant les parcours de formation, les activités professionnelles et les critères de sélection liées aux métiers ainsi qu’une perception erronée de certaines professions…De plus, les garçons et les filles ne sont pas orientés de la même façon selon la connotation des métiers masculine ou féminine.

Les objectifs définis au début de l’action

Permettre aux élèves de devenir acteurs et actrices de leur orientation, construire des outils utilisables par les équipes éducatives et enfin, améliorer la prise en compte de l’égalité des chances entre les filles et les garçons tout au long de ce parcours.

L’élaboration du projet

Le projet « co-building a good guidance » a rassemblé 8 établissements partenaires dans 7 pays (un établissement par Pays excepté la Roumanie avec 2 établissements): Finlande, Pologne, Italie, Grèce, Turquie, Roumanie, France. Les partenaires, représentant leurs établissements, se sont rencontrés lors d’un séminaire de contact en novembre 2008. Dans le cadre d’une démarche participative, ils ont défi ni les objectifs principaux et opérationnels du projet et leur méthodologie de travail. Le projet a été déposé en février 2009 après une écriture en commun rendue possible grâce au travail collaboratif réalisé en amont. En juillet 2009, le projet a été retenu par toutes les agences européennes des partenaires concernés.

La mise en œuvre du projet

De septembre 2009 à février 2011, les partenaires ont travaillé ensemble lors des 7 rencontres organisées dans chacun des pays partenaires. Ils ont été formés à la Gestion du Cycle de Projet (GCP), à la méthode de matrice de cadre logique (Logical Framework Matrix), à l’analyse de stratégie et à l’approche genre. Les partenaires ont ainsi co-construit : les questionnaires utilisés avec les différents publics cibles, les grilles de collecte des éléments d’état des lieux, les grilles de suivi et d’évaluation du projet. Ils ont co-décidé de la façon de présenter l’analyse et de la répartition du travail entre eux. Ces différentes étapes de formation et de travail collaboratif ont permis aux partenaires de développer leurs compétences dans les activités suivantes :

  • Coordonner un projet sur un établissement
  • Mener un entretien
  • Gérer un groupe cible
  • Construire un arbre à problèmes (organisation des diffi cultés énoncées par les publics ciblés dans une logique decause à eff et)
  • Partager les résultats fi naux de l’analyse
  • Chausser les lunettes du « genre » à toutes les étapes du projet (logo, statistiques sexuées, analyse sexuée…)
  • Utiliser la plate-forme internet proposée par le coordonnateur italien
  • Contrôler et évaluer le projet : Ce travail méthodologique a permis de recueillir dans l’ensemble des 8 établissements impliqués:
  • L’inventaire des lois, décrets, outils utilisés par l’établissement et leurs partenaires impliqués dans l’accompagnement des élèves.
  • L’état des lieux des diffi cultés rencontrées par les élèves (questionnaires, interviews, rencontres…)
  • L’analyse statistique sexuée des réponses au questionnaire