Lisea – Biodivea

Dans le cadre du projet BiodivEA, il a été demandé aux exploitations des Lycées horticoles de réaliser un diagnostic biodiversité en utilisant des outils de diagnostic existants. L’objectif avoué est à terme, après un retour d’expérience, de participer à l’élaboration d’un outil de diagnostic adapté aux exploitations horticoles. Le lycée horticole Gaston Chaissac de Niort fait partie, avec le Lycée agricole du Frène (Angers) et le Lycée Agricole de Lhomme (Lille), des 3 lycées ayant une activité horticole qui sont rentrés dans cette démarche.

LES OUTILS

IBIS

La méthode est téléchargeable en ligne sur le lien suivant, consulté le 02/04/2011 : http://www.centre.chambagri.fr/developpement-agricole/ibis.html

L’outil diagnostic IBIS a été conçu grâce à une collaboration entre une trentaine d’organismes parmi lesquels ARVALIS, Agrocampus Ouest, le groupe ESA, la LPO, les Fédérations de Chasse, réparties sur 16 départements. Ce projet a été piloté par la chambre régionale d’agriculture du centre et a vu le jour en 2008. Une boîte à outil est libre d’accès depuis 2010. Elle comprend un guide méthodologique « Conseiller », deux guides « pratiques » et « aménagements », des fiches « espèces » et « milieux », une application informatique. Son objectif global est d’évaluer le potentiel de biodiversité d’un agrosystème grâce à l’étude de l’ensemble des milieux présents sur l’exploitation (naturels, semi-naturels et artificiels) ainsi que de leur mode de gestion. On considère surtout dans cette méthode la biodiversité ordinaire et plus particulièrement la biodiversité dite « fonctionnelle ». La méthode a été réalisée pour les systèmes « grandes cultures » et « polyculture élevage ».

Sa particularité de la méthode repose sur deux points principaux. Tout d’abord, il s’agit d’une étude de potentialité du milieu et non d’un inventaire classique faunistique et floristique, bien que celui puisse être réalisé si besoin est. L’intérêt est de proposer des pistes d’aménagement en fonction des éléments existants. Les spécificités de la zone géographique considérée sont également prises en compte dans l’étude (Natura 2000, ZNIEF), pour un travail cohérent avec l’environnement local.

Diagnostic biodiversité des prairies permanentes

C’est une méthode spécifique à un type de milieu, les prairies permanentes, basée sur l’utilisation d’indicateurs simples qui doit permettre à des non-spécialistes de la reconnaissance d’espèces floristique et faunistique d’une prairie de pouvoir effectuer un diagnostic de la biodiversité. Les indicateurs de cette méthode s’obtiennent à partir de la notation d’éléments paysagers (indicateurs indirects) et de comptages simplifiés (taille, couleur, forme) de la flore et de la faune (indicateurs directs).

La méthode du Conservatoire des Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon

Le « Diagnostic Biodiversité d’Exploitation Agricoles en Languedoc–Roussillon » est le fruit de plusieurs années de travail. Une première méthode avait été créée dès 2003, bien que des diagnostics aient été réalisés avant, et réactualisée en 2008. L’objectif était de créer un outil simple et ne nécessitant pas de profondes connaissances naturalistes. La méthode actualisée se réfère principalement, pour ses aspects scientifiques à l’expertise de l’INRA (Agriculture et Biodiversité, valoriser les synergies) et à l’expertise suisse sur les « surfaces de compensation écologiques » ainsi qu’aux enjeux Natura 2000, très présents dans la région. Ainsi les indicateurs retenus ont été choisis selon ces références.

La méthode IDEA

Il s’agit un outil de diagnostic développé par le « groupe IDEA » (chercheurs, enseignants agricoles et agents de développement), sous la direction de Lionel Vilain, agronome. Le projet a été finalisé en 2003 avec l’édition de la méthode, puis une seconde édition élargie à l’arboriculture, à la viticulture, au maraichage et à l’horticulture a été créée. La méthode IDEA est une «Evaluation quantitative de pratiques jugées favorables au milieu biophysique et social» portant sur trois approches: agroécologique, socioterritoriale et économique.

Un exemple de projet mené dans le cadre de Lisea-Biodivea à lire ici en page 5.